DONS

WDI-6

La loi au Québec permet aux syndicats de n’utiliser que des cartes pour syndiquer les employés sans tenir un vote secret de tous les employés. Les syndicats agissent en secret. Parfois ils obtiennent des cartes signées pour le plus petit nombre d’employés sans dire aux autres employés ce qui se passe. Les employés à qui l’on cache la campagne de syndicalisation sont stupéfaits de découvrir qu’ils sont maintenant syndiqués. Les chartes des droits et libertés du Québec et du Canada garantissent toutes deux le droit d’être syndiqué ou non. Les campagnes d’accréditation avec cartes devraient constituer une violation de la charte. Un groupe de travailleurs syndiqués au Québec de qui un syndicat et la loi québécoise se sont cachés contestent leur syndicalisation forcée qui s’est déroulée en secret.

 

WDI-5

Un employé du Manitoba a soumis une demande de révocation du syndicat au nom de 28 des 40 employés. Un vote a été tenu mais l’urne a été scellée à la demande du syndicat. Les lois du Manitoba, favorables au syndicalisme, permettent aux syndicats de voir toutes les pétitions d’appui à la désaccréditation et leur permet de harceler les employés qui exercent leur droit légal de se débarrasser d’un syndicat. Les syndicats, eux, peuvent toutefois s’organiser en secret. De plus, un syndicat peut retarder le comptage des votes en lançant de fausses accusations, disant que l’employeur utilise des fausses dates et peut exiger des preuves de chaque employé sur la manière dont leur appui à la révocation s’est fait. Ces employés sont maintenant en train de se battre contre un syndicat bien financé et qui veut les représenter, peu importe l’avis des employés.
Veuillez donner généreusement à ces employés.